Hydrocution

Sommaire

Lors d'une hydrocution, la victime risque l'arrêt cardiorespiratoire : prévenez immédiatement les secours en appelant le 15 (SAMU), le 18 (pompiers), le 112 (urgences médicales) ou le 114 (numéro d’appel d’urgence pour les sourds et malentendants, accessible par SMS, fax, l’application « Urgence 114 » ou le site internet www.urgence114.fr).

La noyade peut survenir en cas d'accident ou bien suite à une hydrocution.

L'hydrocution : un malaise dû à l'eau froide

L'hydrocution est un malaise qui fait suite à l'entrée dans une eau froide.

Elle se manifeste par une perte de conscience et un arrêt cardio-respiratoire : la victime risque alors la noyade.

La majeure partie des cas d'hydrocution sont observés à la plage, car certains facteurs de risque y sont réunis : exposition au soleil prolongée suivie de baignade dans une eau fraîche, etc.

Des symptômes qui ne trompent pas

Quelques signes précurseurs peuvent mettre la potentielle victime sur la voie :

  • frissons ;
  • céphalées (maux de tête) ;
  • sensations vertigineuses ;
  • fatigue, angoisse, etc.

Devant ces symptômes, il est préférable de sortir rapidement de l'eau.

Prévention contre l'hydrocution : quelques conseils

Voici quelques précautions d'usage.

Elles permettent d'éviter ce type de malaise :

  • évitez de rester trop longtemps exposé au soleil avant d'aller dans l'eau ;
  • entrez progressivement dans l'eau avant de vous baigner (ne pas plonger directement) ;
  • mouillez auparavant les parties sensibles du corps lors de l'entrée dans l'eau (nuque, tête, ventre, etc.)

Réagir face à une hydrocution : les bons gestes

Dans la majeure partie des cas d'hydrocution, la victime est inconsciente et ne respire plus.

En premier lieu, il convient de faire sortir la personne de l'eau, le risque majeur étant qu'elle se noie.

La victime sera ensuite allongée sur le sol, afin de pratiquer rapidement une réanimation cardio-pulmonaire.

Il faut prévenir au plus vite les secours, en appelant le SAMU (15), les pompiers (18) ou le 112 (urgences médicales).

Attention ! Ne pratiquez la réanimation que si vous y avez été formé.

Bon à savoir : la loi n° 2020-840 du 3 juillet 2020 a créé le statut de citoyen sauveteur. Il concerne « quiconque porte assistance de manière bénévole à une personne en situation apparente de péril grave et imminent » (article L. 721-1 du Code de la sécurité intérieure). Ce statut de collaborateur occasionnel du service public permet au citoyen sauveteur d’être exonéré de toute responsabilité civile lorsqu'il résulte un préjudice du fait de son intervention (sauf en cas de faute lourde ou intentionnelle de sa part).

Ces pros peuvent vous aider