Lymphocytes bas

Sommaire

Les lymphocytes sont des cellules sanguines de l'immunité. Lorsque le taux de lymphocytes est bas, on parle de « lymphopénie ». 

Toutes les infos pour comprendre le rôle des lymphocytes et les causes d'une lymphopénie.

Lymphocytes : de quoi s'agit-il ?

Le sang humain contient plusieurs types de cellules ayant chacune une fonction propre :

  • Les globules rouges (hématies) transportent l'oxygène ;
  • Les plaquettes (thrombocytes) jouent un rôle dans la coagulation ;
  • Les globules blancs (leucocytes) sont des cellules immunitaires.

Bon à savoir : le système immunitaire permet de défendre l'organisme contre les maladies, c'est-à-dire en cas d'agression par un agent pathogène (virus, bactérie, champignon, parasite, cellule tumorale, etc.).

Rôle des lymphocytes

Les globules blancs, ou leucocytes, se subdivisent en plusieurs sous-catégories cellulaires :

À noter : les leucocytes sont issus de la moelle osseuse (à ne pas confondre avec la moelle épinière).

Les lymphocytes sont donc un sous-type de leucocytes. 

Types de lymphocytes

Les lymphocytes représentent environ 25 à 40 % des leucocytes sanguins chez l'adulte (ce taux est plus élevé chez l'enfant). Mais tous les lymphocytes ne se trouvent pas dans le sang : le plus grand nombre est situé dans les organes lymphoïdes secondaires et périphériques (la rate, les ganglions, les muqueuses digestives et respiratoires).

Il existe des sous-populations de lymphocytes de même morphologie, mais aux fonctions différentes. Cette fonction est déterminée par la nature des récepteurs présents sur leur surface :

  • Les lymphocytes B servent à fabriquer les anticorps, ou immunoglobulines. Ils sont responsables de l'immunité humorale ;
  • Les lymphocytes T servent à détruire les cellules pathogènes (bactéries, cellules cancéreuses, …). Ils jouent donc un rôle dans la réponse immunitaire secondaire. Leur maturation se termine dans un organe appelé « thymus » (d'où la lettre T) ;
  • Les lymphocytes NK sont des lymphocytes ni B ni T qui agissent dans l'immunité via un mécanisme qui leur est propre. On les appelle également « cellules tueuses naturelles » (en anglais Natural Killer, d'où leur nom).

Taux de lymphocytes bas : quand parle-t-on de lymphopénie ?

La composition du sang est étudiée grâce à un hémogramme, réalisé par prise de sang. Chez l'adulte, le taux de leucocytes sanguins doit être compris entre 4 et 10 milliards par litre de sang (4 à 10 g/L), dont 1,5 à 4 g/L de lymphocytes.

Un taux de lymphocytes bas correspond donc à un taux de lymphocytes inférieur à 1,5 g/L sur l’hémogramme (chez l'adulte). On parle alors de lymphopénie. C'est une anomalie retrouvée relativement fréquemment sur l'hémogramme.

Bon à savoir : l'hémogramme est un examen de routine, aussi appelé « numération formule sanguine » (NFS), prescrit quasiment à chaque prise de sang.

Symptômes associés à un taux de lymphocytes bas

La lymphopénie peut être difficile à identifier, car elle ne présente pas toujours de symptômes spécifiques. Cependant, certaines personnes éprouvent des signes généraux d’infection comme de la fièvre, de la fatigue ou des maux de tête. Il est important d’apprendre à les reconnaître pour consulter un médecin généraliste en temps utile.

Dans certains cas, la lymphopénie est causée par des maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde ou le syndrome de Sjögren. Elle peut également être le résultat d’infections virales comme le VIH, la Covid-19 ou de certains cancers comme la leucémie.

Le traitement de la lymphopénie dépend de la cause sous-jacente. Par exemple, si elle est due à une infection virale, le médecin prescrit des antiviraux. Si elle est causée par une maladie auto-immune, des médicaments immunosuppresseurs sont utilisés.

Il est important de noter que la lymphopénie n’est pas une maladie en soi, mais plutôt un signe d’un déficit du système immunitaire. Par conséquent, la recherche continue de se concentrer sur la compréhension des causes de la lymphopénie et sur le développement de nouvelles approches thérapeutiques.

Enfin, il est essentiel de maintenir une bonne santé générale pour soutenir notre système immunitaire. Cela comprend une alimentation équilibrée ainsi qu’une activité physique et des contrôles médicaux réguliers.

Quelles sont les causes d'un taux de lymphocytes bas ?

Cette pathologie n'est pas nécessairement alarmante. Les causes d'une lymphopénie peuvent être très diverses, chacune étant liée à un ou plusieurs mécanismes. Les mécanismes engendrant une lymphopénie sont en effet multiples :

  • insuffisance de production de lymphocytes dans la moelle osseuse ;
  • destruction excessive des lymphocytes ;
  • redistribution des lymphocytes ailleurs que dans la circulation sanguine.

La démarche diagnostique doit donc être rigoureuse, car il existe de nombreuses causes à la lymphopénie, de la plus banale à la plus grave, dont :

  • une infection virale (grippe, par exemple) : la lymphopénie disparaîtra au décours, c'est-à-dire à l'issue de l'infection ;
  • une infection par le VIH : le virus détruit un sous-type de lymphocytes T, les CD4. Au-deçà d'un certain taux de destruction, les lymphocytes ne sont plus assez nombreux pour assurer l'immunité et le patient peut développer des infections opportunistes ;
  • certaines maladies auto-immunes ;
  • certaines tumeurs cancéreuses (lymphome, par exemple) ;
  • un traitement prolongé par corticoïdes ;
  • un traitement par chimiothérapie ;
  • un traitement par immunosuppresseurs ;
  • un déficit congénital ;
  • une carence en zinc ;
  • un choc septique.

Lorsqu'une lymphopénie est détectée sur l'hémogramme, la cause doit être recherchée grâce à l'interrogatoire, l'examen clinique fait par le médecin et, si besoin, des examens complémentaires.

À noter : en cas de lymphopénie modérée, sans signes cliniques ni étiologie (cause) retrouvée, une surveillance simple peut se justifier.

Conséquences à long terme d’un taux de lymphocytes bas

Une lymphopénie a des conséquences à long terme sur la santé d’un individu. En effet, ces globules blancs sont essentiels pour combattre les infections et protéger l’organisme contre les maladies.

Ainsi, ce trouble affaiblit la réponse immunitaire de l’organisme, rendant une personne plus sujette aux infections. Cela inclut des infections courantes, comme la grippe ou le rhume, mais aussi des infections plus graves, comme la Covid-19 ou d’autres virus.

Dans certains cas, la lymphopénie est un signe de conditions plus graves, comme le cancer ou le VIH. Elle est également associée à des maladies auto-immunes (comme la polyarthrite rhumatoïde ou le syndrome de Sjögren).

Les patients atteints de lymphopénie présentent des symptômes tels que de la fièvre, de la fatigue ou des infections fréquentes. Si ces symptômes persistent, il est important de consulter un médecin généraliste pour une analyse plus approfondie.

Dans tous les cas, il est important d’apprendre à gérer la lymphopénie et de comprendre ses conséquences à long terme.

En conclusion

  • Les lymphocytes sont un type de globules blancs importants pour notre système immunitaire. Ils sont essentiels pour combattre les infections et protéger l’organisme contre les maladies.
  • Une lymphopénie peut être causée par diverses conditions, y compris des infections virales comme le VIH ou la Covid-19, des maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde ou certains types de cancer.
  • Les symptômes associés incluent la fièvre, la fatigue ou des infections fréquentes.
  • Les conséquences à long terme varient en fonction de la cause sous-jacente. Cela inclut un risque accru d’infections, une réponse immunitaire affaiblie, et dans certains cas, des complications plus graves.

Ces pros peuvent vous aider