Infection du sang

Sommaire

Une infection peut avoir des conséquences graves, voire entrainer la mort, quand elle n’est pas prise en charge à temps.

De quoi s’agit-il exactement ? Quelles sont les causes de ce qu’on appelle un sepsis ? On vous en dit plus.

Manifestations d'une infection du sang

Lors d’une infection du sang, appelée aussi sepsis ou intoxication du sang, des agents pathogènes envahissent le corps via la circulation sanguine :

  • Le sepsis est le plus souvent lié à des bactéries, des virus, des champignons.
  • La plupart du temps, le système immunitaire est capable de lutter contre les agents pathogènes provenant de l’extérieur et l’infection reste locale.
  • Mais lors d’un sepsis, les germes inondent le sang, les organes et les voies lymphatiques.

Bon à savoir : le sepsis était auparavant désigné par le terme septicémie. Par ailleurs, il est recommandé de ne plus utiliser le terme « état septique » mais de conserver le terme sepsis (et choc septique), afin d’harmoniser la communication internationale, ce terme étant employé dans toutes les langues.

À l’origine d’une infection du sang, on trouve plusieurs facteurs :

  • Des infections locales qui se généralisent : respiratoire (comme une pneumonie), digestive (comme une péritonite), urinaire, génitale, du système nerveux central, de la sphère ORL, des valves cardiaques ou encore via un cathéter.
  • Une faiblesse du système immunitaire (leucémie, SIDA, chimiothérapie), la présence de plaies étendues (comme une brûlure).
  • Ou encore lors d’une intervention chirurgicale.

En France, selon la société de réanimation de langue française, au moins 180 000 personnes, à tous les âges de la vie, seraient victimes d’un sepsis chaque année. Son incidence annuelle (plus de 350 pour 100 000 habitants) est ainsi supérieure à celle de l’accident vasculaire cérébral (223), du cancer (330) et de l’infarctus du myocarde (208) et l'OMS dénombre chaque année 6 millions de morts dues à un sepsis dans le monde.

Infection du sang : quels sont les symptômes associés ?

Au départ, le germe est présent dans le corps mais reste silencieux, la personne ne ressent aucun symptôme. Puis le système immunitaire induit une réaction inflammatoire et une cascade d’événements se produit :

  • fièvre au dessus de 38°C ou au contraire une chute de la température en dessous de 36°C ;
  • accélération du rythme cardiaque : plus de 90-100 battements par minutes ;
  • accélération du rythme respiratoire : plus de 22 cycles par minutes ;
  • augmentation du nombre de globules bancs dans le sang (ceux-ci ont un rôle primordiale dans l’immunité).

Choc septique : conséquence la plus grave

Quand le sepsis est traité à temps, les chances de guérison sont bonnes. Mais elle peut évoluer et avoir des conséquences très graves, si l’organisme n’est pas capable de lutter :

  • En cas d’aggravation, on parle de sepsis sévère. Aux symptômes ci-dessus s'ajoute alors une altération de la conscience : propos incohérents, perte du sens de l’orientation dans le temps ou l’espace, hallucinations, perte de reconnaissance des proches, somnolence ou au contraire agitation et une diminution du nombre de plaquettes dans le sang, une défaillance d’organes.
  • Le stade suivant est le plus dangereux : le choc septique. De nombreux organes dysfonctionnent (le système cardiovasculaire, les riens, les poumons, le foie…), la pression artérielle diminue et la mort peut survenir.

Bon à savoir : cette gravité du sepsis n’est pas liée à l’infection elle-même mais plutôt à un diagnostic trop souvent tardif et une importante hétérogénéité dans la prise en charge des patients.

Que faire en cas d’infection du sang ?

Un sepsis relève d’une urgence médicale. Il est primordial de consulter un médecin ou de se rendre à l’hôpital pour :

  • identifier le germe responsable de l’infection ;
  • rechercher le foyer infectieux ;
  • faire une analyse de sang.

De manière générale si vous avez une infection ET des difficultés à respirer ET/OU le cœur qui bat vite ET/OU vous êtes confus ou vous avez des troubles de vigilance appelez le SAMU sans tarder (en dehors des spécialistes en infectiologie, en microbiologie, en médecine intensive réanimation, en anesthésie réanimation et en médecine d’urgence, la plupart des professionnels de santé, médecins ou non, ne connaissent pas ou peu le sepsis).

Les traitements diffèrent en fonction du stade d’avancement du sepsis et de l’agent pathogène mis en cause :

  • la prise d’antibiotiques ;
  • une transfusion sanguine ;
  • ou encore une ventilation artificielle.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider