Hypochromie

Sommaire

L’hypochromie désigne une pâleur anormale des globules rouges, liée à un manque d'hémoglobine.Or cette molécule est impliquée dans le transport de l'oxygène. C'est pourquoi ce phénomène nécessite une prise en charge adéquate pour éviter la survenue de complications pour la santé. Faisons le point pour mieux comprendre ce phénomène : définition, causes, diagnostic et prise en charge.

Caractéristiques de l’hypochromie

Qu’est-ce que l’hypochromie ?

On parle d'hypochromie lorsque les globules rouges apparaissent anormalement pâles. Les globules rouges sont alors dits hypochromes.

Quelles sont les causes d'une hypochromie ?

Caractérisée par une pâleur anormale des globules rouges, l'hypochromie s'explique par un manque d’hémoglobine. Située au centre des globules rouges, l’hémoglobine est connue pour son rôle indispensable dans le transport de l'oxygène.

Cette molécule a la particularité de contenir du fer. En plus de jouer plusieurs fonctions essentielles au sein de l'organisme, le fer est responsable de la coloration rouge des globules rouges. La pâleur anormale des globules rouges peut ainsi s'expliquer par un manque de fer. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'hypochromie est souvent associée à une anémie ferriprive, qui correspond à un taux anormalement bas d'hémoglobine provoqué par un manque de fer. Néanmoins, l'hypochromie peut être associée à d'autres anémies dites « hypochromes ». Cela est notamment le cas de la thalassémie, une forme d’anémie héréditaire pouvant perturber la production d’hémoglobine.

La prise en charge de l’hypochromie

Comment est-elle diagnostiquée ?

L’hypochromie est généralement révélée lors d'un frottis sanguin. Cet examen consiste à prélever un échantillon de sang afin d’examiner les différentes cellules sanguines présentes, dont les globules rouges. L'hypochromie est mise en évidence par l'utilisation d'une technique de coloration : le May-Grünwald Giemsa ou MGG. Une fois colorés, les globules rouges sont dits « hypochromes » lorsqu'ils apparaissent plus pâles que la normale. Ce constat confirme généralement d'autres examens préliminaires. Il n'est pas rare que l'hypochromie soit observée suite au diagnostic d'une anémie. Suspectée par un examen clinique, cette dernière est caractérisée par différents symptômes dont une fatigue intense, un teint pâle, des étourdissements et des vertiges, des malaises, des maux de tête, un essoufflement plus prononcé lors d’un effort, des inflammations de l’œsophage ou de la langue, une peau sèche, ou encore des cheveux et des ongles ternes et cassants.

Comment la prendre en charge ?

Le traitement de l'hypochromie consiste à traiter les causes de ce phénomène, qui sont généralement une anémie ferriprive ou une thalassémie.

Dans le cas d'une anémie ferriprive, le traitement est basé sur une supplémentation en fer. Cette dernière est associée à une alimentation adaptée favorisant les aliments riches en fer. Le traitement d'une anémie ferriprive dure généralement plusieurs mois afin de stabiliser les taux en fer à un niveau correct. De manière plus rare, une anémie ferriprive grave peut nécessiter une transfusion sanguine.

Dans le cas d’une thalassémie, la prise en charge est plus complexe car il existe différentes formes de cette maladie. C'est pourquoi la prise en charge peut être très différente d'un patient à un autre.

Note : ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et ne constituent en aucun cas un avis médical. En cas de doute, il est recommandé de demander conseil à un médecin.

Ces pros peuvent vous aider