Traitement de l'infection urinaire chez l'homme

Sommaire

Du fait de la longueur de l'urètre, les hommes ont un faible risque de cystite. Chez les jeunes hommes, l'infection urinaire est souvent liée à son activité sexuelle et sera due à des bactéries comme la chlamydia et le gonocoque. Chez l'homme de plus de 50 ans, les infections urinaires sont dues à un obstacle à l'évacuation de l'urine. Cette stagnation entraîne une prolifération microbienne. Elle est causée le plus souvent par une hypertrophie de la prostate.

Voici ce qu’il faut savoir sur le traitement de l’infection urinaire chez l’homme.

 

1. Prévenez les infections urinaires

La prévention des infections urinaires chez l'homme repose sur plusieurs mesures :

  • Boire beaucoup d'eau plate et peu minéralisée jusqu'à obtenir des urines très claires et maintenir ainsi un bon flux urinaire qui permettra de bien vidanger la vessie et nettoyer l'urètre.
  • Traiter s'il y a lieu son hypertrophie de la prostate en prenant rendez-vous avec votre médecin. Une prostate moins volumineuse permettra la bonne évacuation des urines.
  • Utiliser un préservatif lors de rapports sexuels avec partenaires multiples afin d'éviter les maladies sexuellement transmissibles responsables d'urétrite. Les rapports anaux augmentent également le risque d'infection urinaire, l'utilisation du préservatif sera importante dans ce cas.
  • Boire du jus de canneberge régulièrement diminue l'adhésion des bactéries à l'arbre urinaire et aux parois de la vessie et permet de diminuer par la même occasion le risque d'infection. On peut aussi en prendre sous forme de gélules.
  • Avoir une bonne hygiène alimentaire :
    • Évitez de manger des aliments acides qui peuvent irriter le système urinaire, comme les épinards, les oranges ou l'oseille.
    • Évitez les aliments pimentés, gras et sucrés.
    • Évitez notamment les produits laitiers (a fortiori le lait) et la viande et la charcuterie qui contiennent des acides gras « trans » aux effets pro-inflammatoires.
    • Évitez les épices telles que la cannelle, le poivre, le gingembre, le clou de girofle, le piment de Cayenne, etc.
    • Privilégiez plutôt l'ail et l'oignon (antiseptiques), le navet (diurétique), le poireau (antiseptique et diurétique), les légumineuses (haricots, fèves, lentilles, pois), le kiwi ainsi que l’huile d’olive.

Bon à savoir : selon une étude taïwanaise, le régime végétarien abaisserait de 16 % le risque de développer une infection urinaire (source : étude menée par Yen-Chang Chen et publiée dans « Scientific Reports »).

2. Réagissez dès les premières gênes urinaires

En cas de sensation de légères brûlures à la miction, d'envies fréquentes d'uriner :

 
  • Boire beaucoup d'eau, au minimum 2 litres par jour.
  • Prendre des mélanges de plantes à base de bruyère et de canneberge afin de court-circuiter le développement de l'infection urinaire et bien vidanger la vessie.
  • Quelques gouttes d'huile essentielle d'origan sur un sucre ou dans une cuillère de miel 3 fois par jour permettent d'éliminer les bactéries.
  • Vous pouvez utiliser une bandelette urinaire afin de voir si l'infection a disparu ou si elle est toujours présente auquel cas, prenez vite rendez-vous chez votre médecin.

En cas de fièvre, de persistance ou d'aggravation des symptômes, comme l'apparition de d'un écoulement purulent ou des douleurs irradiantes dans le bas-ventre, consultez vite votre médecin.

3. Faites-vous prescrire le traitement adapté

Le traitement de l'infection urinaire déclarée nécessite impérativement un traitement antibiotique qui vous sera prescrit par votre médecin.

  • Pour une urétrite liée à une IST, le traitement antibiotique est urgent et impératif. Pensez également à traiter votre partenaire qui a de fortes chances d'être contaminé(e).
  • Pour une prostatite, liée à une hypertrophie de la prostate, le traitement antibiotique sera également de rigueur. Mais un traitement de cette hypertrophie avec par exemple des extraits de palmiers de Floride ou de prunier d'Afrique est indispensable. Prenez de l’extrait de prunier d’Afrique à raison de 150 mg/jour pour son action anti-inflammatoire au niveau prostatique et pour soulager les symptômes liés à l’HBP.
  • Vous pouvez aussi vous tourner ver l’extrait de racine d’ortie (1,5 g/jour) qui possède également des effets anti-inflammatoires et qui améliore les symptômes cliniques de l’HBP.
  • De même, le palmier nain d’Amérique (Serenia repens) a une action anti-inflammatoire (il doit être utilisé pendant au moins deux mois à raison de 320 mg/jour pour réduire de 50 % les symptômes de l’HBP).
  • Votre médecin généraliste vous orientera vers un urologue qui pratiquera les examens et vous prescrira les dosages nécessaires, sauf pathologies graves comme le cancer de la prostate.

Attention : l'antibactérien urinaire nitrofurantoïne (Furadantine, Furadoine) ne doit en aucun cas être prescrit à un homme (ce qui arrive pourtant dans 15 % des cas). Il est associé à des effets indésirables graves : fibroses pulmonaires, hépatites cytolytiques ou cholestatiques, ou encore hépatites chroniques et cirrhoses.

Conseil : en cas de traitement antibiotique, prenez systématiquement des probiotiques (en vente chez votre pharmacien) afin de contrecarrer les effets indésirables de votre traitement.

Ces pros peuvent vous aider