Hémostase

Sommaire

Quand on saigne, à la suite d’une coupure ou d’une blessure plus ou moins grave, l’organisme met en place une cascade d’événements pour faire en sorte que le saignement cesse.

C’est ce qu'on appelle l’hémostase, qui permet d’assurer le maintien de l’intégrité des vaisseaux sanguins. Nous faisons le point ensemble.

Hémostase : processus en trois étapes

L’hémostase désigne l’ensemble des phénomènes physiologiques concourant à l’arrêt des saignements. En cas de saignement, l’organisme fait tout pour y remédier et éviter l’hémorragie.

Pour ce faire, plusieurs étapes se succèdent :

  • L’hémostase primaire comprend le temps vasculaire et le temps plaquettaire et a pour but de former de clou plaquettaire (ou premier caillot sanguin) :
    • le temps vasculaire se caractérise par la vasoconstriction du vaisseau avec diminution du flux sanguin à l’endroit où la lésion se localise ;
    • lors du temps plaquettaire, les plaquettes entrent en jeu et adhèrent au tissu conjonctif du vaisseau lésé ; elles s’agrègent entre elles et forment le clou plaquettaire, appelé aussi thrombus blanc, le but étant de colmater la brèche.
  • La coagulation plasmatique (ou hémostase secondaire) comprend une succession de réactions chimiques et fait intervenir de nombreux facteurs appelés facteurs de coagulation. Le but est d’aboutir à la formation d’un thrombus rouge (ou caillot) composé de fibrine (issu d’une protéine appelée le fibrinogène). Celui-ci enserre dans ses mailles les globules rouges et renforcent le clou plaquettaire.
  • Enfin, la fibrinolyse. Cette étape consiste à dissoudre le caillot. C’est la cicatrisation.

Bon à savoir : le sang est composé de globules rouges (appelés aussi érythrocytes), de globules blancs (leucocytes), des plaquettes et de plasma.

Disfonctionnement de l’hémostase : que faire ?

Quand le processus de l’hémostase ne fonctionne pas correctement, on parle de trouble de l’hémostase :

  • Il peut s’agir d’une insuffisance de plaquettes, d’une carence en différents facteurs de coagulation ou encore d’une anomalie des vaisseaux sanguins.
  • À l’origine, un problème congénital (comme l’hémophilie), une infection ou encore la prise de certains médicaments provoquent ce disfonctionnement.

À noter : si la coagulation est insuffisante, elle peut provoquer des saignements spontanés ou hémorragies. Au contraire, si elle est excessive, elle peut être à l’origine de la formation de caillots sanguins pouvant avoir des conséquences graves.

Pour faire un bilan de l’hémostase, il existe différents examens :

  • le taux de prothrombine (ou TP) et de fibrinogène ;
  • le temps de saignement, qui mesure le temps nécessaire à l’arrêt du saignement qui fait suite à une incision superficielle de la peau ;
  • le temps de céphalée activée (ou TCA), qui permet de mesurer le temps que met le sang à coaguler ;
  • la numération des plaquettes ;
  • ou encore le dosage de protéines impliquées dans le processus de coagulation.

Pour aller plus loin :

  • Les anticoagulants sont des médicaments qui assurent une bonne circulation sanguine. Mais leur consommation nécessite une surveillance. On vous en dit plus.
  • Qu'est-ce qu'un hématome ?
  • La leucémie désigne un cancer du sang. On vous en dit davantage sur ses particularités.

Ces pros peuvent vous aider