Hypoxie

Sommaire

Déficit d'oxygène au sein des cellules, l'hypoxie peut avoir des conséquences très graves pour la personne qui en souffre. Quelles sont ses causes, les symptômes associés et la façon de la traiter ?

Toutes les réponses dans notre article.

Oxygène : un élément clé

Les cellules des différents tissus qui composent nos organes ont besoin d'oxygène pour fonctionner. Avec les sucres, ce gaz permet effectivement la production de l'énergie indispensable à leur activité.

Lorsqu'elles ne reçoivent pas d'oxygène en quantité suffisante, on parle d'hypoxie. Si le manque est très sévère, on atteint le stade de l'anoxie.

Hypoxie : types et causes

L'hypoxie peut survenir de façon ponctuelle ou continue, dans un environnement particulier ou en cas de pathologie. En fonction de son origine, on distingue plusieurs grands types d'hypoxie.

Hypoxie hypoxique

L'hypoxie hypoxique survient lorsque l'oxygène ne passe pas de façon optimale des poumons vers la circulation sanguine. La quantité d'oxygène dans le sang est alors réduite (hypoxémie). Elle peut être causée par :

  • L'altitude, l'oxygène se raréfiant à mesure que l'on s'élève. Ce manque se fait ressentir dès 2 500 mètres et s'accentue progressivement.
  • Une mauvaise ventilation par les poumons, liée à un trouble particulier : apnée du sommeil, broncho-pneumopathies chroniques obstructives, asthme, pneumothorax, emphysème, pneumonie...

Hypoxie anémique

L'hypoxie anémique, où le sang n'assure plus le transport de l'oxygène de façon efficace :

  • Car son transporteur, l'hémoglobine, est présent en quantité réduite (anémie).
  • À cause d'une intoxication au monoxyde de carbone, celui-ci prenant la place de l'oxygène au niveau de l'hémoglobine.

Hypoxie histotoxique

Bien que les tissus reçoivent suffisamment d'oxygène, ils ne sont pas capables de l'utiliser normalement à cause de leur exposition à un produit toxique (empoisonnement au cyanure, consommation de tabac, d'alcool, de drogues...).

Hypoxie circulatoire

Les tissus ne reçoivent pas de sang oxygéné en quantité suffisante à cause d'un problème cardiaque ou d'un choc qui entrave la circulation sanguine.

Bon à savoir : les sportifs peuvent de manière volontaire entrer en état d'hypoxie afin de stimuler leur organisme et d'accroitre leurs performances sportives. Pour cela, ils s'entrainent en montagne ou dorment dans des chambres hypoxiques, dispositif artificiel qui reproduit les conditions d'altitude.

Symptômes de l'hypoxie

L'hypoxie peut se traduire par différents signes :

  • une fatigue ;
  • des maux de tête ;
  • des nausées et/ou vomissements ;
  • une accélération de la respiration et du rythme cardiaque ;
  • une cyanose : la peau prend une teinte bleutée ;
  • une désorientation, des troubles cognitifs...

Le cerveau est particulièrement sensible au manque d'oxygène et des lésions irréversibles peuvent survenir s'il en est privé trop longtemps.

Une hypoxie sévère peut plonger une personne dans le coma, voire entrainer la mort si elle n'est pas prise en charge efficacement.

Traitement de l'hypoxie

En cas d'hypoxie, il est fréquent de recourir à une oxygénothérapie pour rétablir un taux satisfaisant d'oxygène sanguin. Un dispositif (lunette à oxygène, sonde nasale, masque à oxygène) permet d'administrer le gaz.

Le traitement complémentaire est adapté en fonction de la cause de cette privation d'oxygène.

Prévention de l'hypoxie liée au mal aigu des montagnes (hypoxie hypoxique)

Pour prévenir la survenue d'une hypoxie liée au mal aigu des montagnes, il est recommandé de réaliser une ascension progressive (respecter la règle « ne pas monter trop vite, trop haut ») et de bien s'hydrater.

Un traitement préventif médicamenteux par l’acétazolamide est possible. Il est à commencer deux jours avant l’arrivée en haute altitude et à poursuivre pendant deux jours après avoir atteint le point culminant, si la descente n’est pas effectuée rapidement. L’acétazolamide, administré en deux prises quotidiennes de 125 mg (250 mg au-delà de 80 kg) le matin et en début d’après-midi, peut être recommandé en l’absence de contre-indication aux sulfamides (allergie croisée dans 10 % des cas).

En cas de contre-indication, il est possible de prescrire de la dexaméthasone (4 mg deux fois par jour).

Pour aller plus loin :

  • L'emphysème pulmonaire est un trouble affectant les alvéoles pulmonaires : découvrez ses caractéristiques.
  • Quel est le rôle de l'hémoglobine et quelles sont les pathologies qui affectent cette protéine sanguine ? Toutes les réponses dans notre article.
  • Le mal aigu des montagnes (MAM) a différentes conséquences sur l'organisme... Découvrez lesquelles.

Ces pros peuvent vous aider